Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2014

M.Magnier exploite la détresse des gens à des fins électorales.

Ci-joint un message téléphonique de Mme Oboeuf ,adjointe de M.Magnier, qui a été envoyé à énormément de personnes qui sont dans la détresse à St Omer et qui ont besoin de l'épicerie sociale pour vivre tous les jours. Et par ailleurs Mme Oboeuf a utilisé les moyens de la commune et du CCAS pour la campagne électorale de M.Magnier. Ce qui est complétement interdit par la loi.
 
 
 
Commentaire de François Decoster:
 
 
Je ne trouve pas les mots pour condamner les procédés employés par l'équipe socialiste sortante pour tenter de remporter l’élection municipale. Je suis scandalisé.

Personne n’a le droit d'exploiter la détresse humaine pour tenter de récupérer des voix : Madame Oboeuf, Adjointe aux affaires sociales de Saint-Omer, où est votre humanisme pour recourir à de telles méthodes ? Qui peut encore penser que vous incarnez la justice sociale ? J'ai honte pour vous, honte de ce clientélisme nauséabond. 

Jamais je n'aurais pensé qu'en 2014, à Saint-Omer, on puisse trouver une telle volonté d'exploiter la misère en faisant du chantage à la prestation sociale. Il n'y a pas de mot pour décrire l'inhumanité de cette démarche. 

Vous et votre équipe êtes indignes de la fonction que vous occupez et à laquelle vous aspirez de nouveau. Quoi qu'il advienne, désormais, à mes yeux et aux yeux des Audomarois, vous et toute votre équipe avez d'ores et déjà perdu cette élection.
 
Muriel VOLLE

26/03/2014

Dimanche 30 mars 2014...

Mes chers ami(e)s,

Le débat de la campagne électorale tourne malheureusement au vinaigre. C'est une ambiance que le Maire anime pour cacher son bilan désastreux de 28% de chômeurs à St Omer, dû en grande partie à sa mauvaise gestion municipale et au gouvernement Hollande. Sans oublier son programme qui coûtera encore des millions d'euros aux audomarois et audomaroises si de nouveau le Maire était élu dimanche 30 mars.

 

J’ai donc sereinement décidé de ne pas tenir compte des attaques, des mensonges et des promesses de toutes sortes que le Maire met en 'musique' par un réseau bien entretenu avec l'argent des contribuables.

 

Je suis comme toujours concentrée sur ma mission et la vision que j'ai pour tous les habitants de St Omer. Et je laisse à Monsieur le Maire l'entretien des caniveaux...

 

Bonne journée à tous.

J'ai besoin de vous tous dimanche aux urnes.

 

 Muriel VOLLE

 

25/03/2014

Ce dimanche 23 mars, les Audomarois ont rejeté la politique du Maire sortant socialiste.

Ce dimanche 23 mars au 1er tour des élections, les Audomarois ont clairement rejeté la politique du Maire socialiste sortant.

J'appelle tous ceux qui refusent le déclin de notre commune à soutenir notre projet et à voter massivement dimanche prochain pour la liste Saint-Omer, Autrement !

Je compte sur vous.

Muriel VOLLE

 

18/03/2014

Dès le premier tour, votez la liste St Omer Autrement de François Decoster

Chers amis BLOGGER ,

 

 

J‘invite expressément les électeurs de SAINT OMER à voter dès le premier tour pour notre liste : SAINT-OMER, AUTREMENT !

 

Il faut absolument faire barrage à la liste SOCIALISTE du Maire en place qui a dépeuplé et appauvrit notre ville, dépensant sans compter au mépris de toute gestion de « bon père de famille » et élevant le taux de chômage de notre commune à 28 %. L'un des taux les plus élevés du Pas De Calais.

 

La vie de votre cité, son développement,  l'emploi, notre bien être au quotidien, notre sécurité dépend du choix que vous ferez Dimanche prochain.

 

Le bon sens, le vote utile c’est   de voter  pour la liste conduite par FRANCOIS DECOSTER, SAINT-OMER, Autrement !

 

A bientot

Muriel VOLLE

13/03/2014

Un programme de proximité pour les audomarois.....

ÉLECTIONS MUNICIPALES
François Decoster dévoile cent cinquante mesures et sa méthode de gouvernance

 

13/03/2014

François Decoster a présenté son projet, mardi, devant la presse, sous le regard de Pierre Heumel, coordinateur du programme.

François Decoster, entouré d'une dizaine de colistiers, a dévoilé, pendant deux heures, mardi, son programme à la presse. Il a été le seul à s'exprimer.
1.La méthode
«Ce programme est le fruit d'une cinquantaine de rencontres avec les Audomarois et des idées des colistiers. Il est fait par et pour les Audomarois, avec l'aide de Pierre Heumel (candidat à la 13e place, ancien directeur de cabinet de Jean-Jacques Delvaux),qui a coordonné le tout. J'ai préféré solliciter les habitants plutôt que de faire travailler des agences de communication coûteuses comme l'a fait le maire avec Saint-Omer 2020, un objet de propagande payé par les contribuables. C'est un programme carré auquel j'attribue la note de 20/20.» En fait le document de 16 pages est de forme carrée et mesure 20 cm de côté.«Cette méthode participative continuera à être appliquée si je suis élu viades balades urbaines auxquelles je vais convier les habitants comme celles que j'organise lundi au départ de la place Foch(1)
2.Les grands thèmes
Le programme est présenté en dix thèmes. La démocratie, la sécurité, l'emploi et l'économie (deux pages), le logement, le développement durable, la famille, le transport et la mobilité, le numérique, le sport et la culture (les deux sur une seule page). Les deux pages centrales présentent le trombinoscope des colistiers avec leur lieu de résidence.
3.Les nouveautés
Parmi les cent cinquante mesures du programme, nous avons retenu les plus significatives selon nous: la déprogrammation, dès le mois d'avril en cas d'élection, des horodateurs qui obligent les automobilistes à entrer le numéro de leur plaque d'immatriculation. Toujours dans le domaine du stationnement: le retour, à titre provisoire, du stationnement allée des Marronniers (deux cents places en épi) à côté de la gare, en attendant la construction d'un parking en silo le long des voies ferrées. Enfin, la création d'un parking baptisé «parking cathédrale», plus particulièrement dédié aux touristes, au pied des remparts, avec une signalétique dans les entrées de ville signalant les places disponibles.
François Decoster a également cité la création de postes d'inspecteur de la salubrité pour lutter contre le logement insalubre et la mise en place de médiateurs citoyens bénévoles et volontaires pour lutter contre les incivilités et les conflits de voisinage.
Sans oublier l'installation de conseils de quartier (dont la composition n'a pas été encore tranchée) et l'ouverture de la mairie jusqu'à 19h, une fois par semaine.
4.Déjà évoqué par le passé
Le programme de «Saint-Omer, autrement» reprend aussi des sujets dont on parle depuis un moment comme le doublement de la route qui relie Saint-Omer à Lille.
5.La pique
«Je ne serai pas le maire qui dira ce n'est pas de ma faute.»
ci-joint le projet : projet St Omer 2014.pdf
(1)Balade urbaine lundi, rendez-vous à 17 h au Spey River; mercredi, rendez-vous à 18 h, place Perpignan; vendredi 21 mars, rendez-vous à 18 h, place de la Ghière.
Réunion publique lundi, à 18 h 45, avec David Douillet, au Petit Saint-Pierre, quai du Haut-Pont.

05/03/2014

UNE BELLE EQUIPE MUNICIPALE POUR LES 23 et 30 MARS 2014

François Decoster a présenté sa liste «Saint-Omer, autrement!»

 

«Nous voulons lutter contre le déclin de notre ville», explique la tête de liste de «Saint-Omer, autrement!».

Lundi soir, à la Brasserie audomaroise, François Decoster a présenté sa liste appelée «Saint-Omer, Autrement». Pour «un véritable sursaut et mettre fin au déclin constaté depuis quelques années». François Decoster estime que son équipe présente «un rassemblement d'énergies, de compétences, avec la volonté d'une autre politique pour Saint-Omer. C'est une liste intergénérationnelle, d'une moyenne d'âge de 46 ans, plus jeune d'environ un mandat qu'une autre liste. Neuf colistiers ont déjà eu une expérience au conseil municipal de Saint-Omer, deux dans une autre commune. Ce qui est un plus quand on voit l'impréparation et l'inexpérience de l'équipe en place à son arrivée aux affaires».
Pour son placement sur l'échiquier politique, François Decoster note que «nous avons le soutien de l'UMP et de l'UDI, nous ne nous en cachons pas. Mais notre liste comporte des sensibilités différentes. Nous sommes avant tout des Audomarois qui voulons lutter contre le déclin de notre ville».
François Decoster note que, avec ses colistiers, ils sont allés à la rencontre des Audomarois pour échanger, dans des cafés, ou au domicile de certains: «Des rencontres directes et simples.»
D'après François Decoster, il en ressort un «sentiment d'inquiétude par rapport au chômage qui a augmenté de 35% en six ans pour Saint-Omer intra muros.Dans le dossier Amazon par exemple, on n'a pas vu le maire de Saint-Omer en première ligne comme ceux de Douai ou Cambrai». François Decoster met encore en avant «la disparition de commerces en centre-ville, des mauvais choix pour le stationnement (le parking Bueil notamment)».
François Decoster aimerait «un nouvel état d'esprit avec l'intercommunalité: il n'y a jamais eu autant de tensions. Il faut avancer tous ensemble».
Pour François Decoster, la politique en matière de logements de l'équipe en place s'est traduite par «une baisse de 6% de sa population, soit environ 1 000 habitants».
La liste «Saint-Omer, autrement!» présentera un projet global dans quelques jours.
JEAN-MARC SZUBA

La liste «Saint-Omer, autrement!»

 

Voici, présentée, dans l'ordre officiel, la composition de la liste «Saint-Omer, Autrement!».
François Decoster (CS), 40 ans, chef d'entreprise (CASO); Muriel Volle, 52 ans, employée à la brasserie de Saint-Omer(CASO); Frédéric Sablon (CS), 40ans, technicien (CASO); Magali Leblond, 38ans, acheteuse(CASO); Guillaume Delvaux, 36 ans, agent immobilier (CASO); Sabine Lengaigne (CS), 61ans, responsable d'une galerie de peinture (CASO); Bruno Humetz, 58 ans, directeur (CASO); Manuella Cheval, 39 ans, professeur des écoles (CASO); Roger Winock (CS), 76ans, maraîcher retraité; Caroline Berthelemy, 41ans, gestionnaire dans une mutuelle; Jean Fouque, 64ans, ingénieur (CASO); Christine Vandesteene (CS), 61 ans, médecin du travail en retraite (CASO); Pierre Heumel, 37ans, cadre territorial (CASO); Céline-Marie Canard, 24 ans, avocat (CASO); Philippe Boidin, 52 ans, vétérinaire (CASO); Chantal Ritaine (CS), 64 ans, éducatrice (CASO); Bertrand Dewaghe, 52 ans, commerçant (CASO); Isabelle Dacquigny, 37 ans, autoentrepreneur (remplaçante CASO); Jonathan Truant, 28ans, gestionnaire d'assurances (remplaçant CASO); Claudette Debast, 52 ans, maraîchère; Jean-Louis Chochoy (CS), 65 ans, travailleur indépendant; Thérèse Gressier, 81 ans, retraitée; Mohamed Marzak, 25ans, éducateur à la protection de la jeunesse; Danielle Vannelle, 69ans, retraitée; Laurent Allouchery, 44 ans, sans emploi; Céline Lapacz, 36ans, cadre; François Barrois, 34 ans, responsable dans l'industrie du ciment; Sandra Fenoglio, 38 ans, assistante maternelle; Émilie Lemière, 28ans, assistante d'éducation; Serge Pruvost, 50ans, coordinateur technique; Pierre-Eric Joyez, 32 ans, commerçant; Maggy Deschodt, 37ans, coiffeuse; Sébastien Cailliau, 35 ans, commercial.
Au cours du mandat qui se termine, Jean-Louis Chochoy, Frédéric Sablon et Chantal Ritaine ont remplacé Gérard Thomas, Marie-Pascale Bataille et Henry Wallerand, démissionnaires.
Muriel Volle a siégé au conseil municipal jusqu'en 2008.
L'ordre de présentation de la liste n'implique pas forcément une fonction, par exemple un poste d'adjoint. Cependant, François Decoster a annoncé que si la liste qu'il mène était élue, Frédéric Sablon prendrait le poste de premier adjoint.
CS: conseiller sortant. CASO: candidat qui représentera la commune à la communauté d'agglomération de Saint-Omer en cas d'élection. Remplaçant CASO: candidat appelé à suppléer un titulaire en cas de démission, décès.

Muriel Volle: «On a un beau projet»

 

05/03/2014

Muriel Volle: «On a un beau projet.»

Avec la constitution de l'UDI (Union des démocrates et indépendants) qui a rassemblé le Mouvement des démocrates (Modem) dont elle était adhérente et le Nouveau Centre représenté à Saint-Omer par François Decoster, Muriel Volle fait partie de «Saint-Omer, autrement!».
«On a un beau projet», note celle qui, en 2008, s'était présentée contre Jean-Jacques Delvaux, maire sortant, qui avait François Decoster pour colistier.
Manuella Cheval et Jean Foucque, membres de «Saint-Omer, autrement!», étaient sur la liste que Muriel Volle menait en 2008, tout comme Claudette Debast qui avait rejoint plus tôt le groupe de François Decoster.
«C'est un état de fait mais on a fait table rase du passé.» L'arrivée au sein du groupe de François Decoster, ainsi que l'union de leurs mouvements «s'est faite naturellement», estime celle qui a «retrouvé des amis» d'avant 2008.
Muriel Volle se dit «très motivée. Il faut essayer de changer quelque chose pour ne pas regretter de n'avoir pas essayé», estime-t-elle en disant son inquiétude d'une forte abstention: «Beaucoup de nouveaux arrivants ne se sont pas inscrits», constate-t-elle.
VDN

11/02/2014

CASO, encore une étude de plus !!

Les équipements publics, ça rapporte au privé, c’est le président de la CASO qui le dit. Il assure que les hôtels sont régulièrement remplis grâce aux compétitions de gymnastique dans le complexe arquois ou celles de tir dans le club de cette même ville. Des fleuristes et un autocariste ont, dit-il, particulièrement bien travaillé lors des championnats d’Europe d’aérobic en novembre.

Et la CASO est en train de lancer une étude pour montrer combien ces structures sont bénéfiques pour l’économie locale. Et ainsi faire taire les sceptiques qui jugent les dépenses publiques excessives.

La marotte des socialistes c'est de faire des études qui coutent la peau des fesses pour montrer qu'ils travaillent et que l'argent des contribuables et bien géré. Et on connait déjà le résultat de l'étude. Tu parles, Charles...

Que le président de la CASO, Duquesnoy, aille voir les commerçants et hôteliers du coin, il sera beaucoup mieux renseigné et il n'aura pas besoin de faire des études à répétition...

Et même si les commerçants du coin ont engrangé 50 000€ de CA supplémentaire, c'est avec des millions d'euros d'investissements qui ont été payés par les contribuables,  autant dire une paille....deux fleuristes, un cariste et deux à trois hôtels.....Et les centaines d'autres commerçants de l'audomarois, qu'est ce qu'il ont reçu en retour, RIEN, mais surtout des impôts supplémentaires.

Mais comme tous ces élus socialistes du coin, ils n'ont jamais travaillé une heure dans le privé et donc ils confondent allègrement le chiffre d'affaires avec le net en fin d'année...

En réalité les commerçants demandent que l'on travaille à l'attractivité de leur ville, stopper les investissements publics en périphérie et baisser leur CFE (cotisation foncière des entreprises).

 

Muriel VOLLE

 

 

07/02/2014

L'Emploi , le logement, la sécurité sont au cœur de notre projet municipal

28/01/2014

Le plus grand dépensier de St Omer

C'est ce que je répète depuis des années, le Maire M.Magnier est un bon dépensier avec l'argent des autres.

Muriel VOLLE

19/01/2014

Journal VDN: Pourquoi j'ai rejoint François Decoster

Muriel Volle : «Pourquoi j’ai rejoint François Decoster»

Les derniers doutes sont levés. Muriel Volle sera bien sur la liste de François Decoster pour les municipales de mars. Tous deux veulent faire table rase du passé « pour faire gagner Saint-Omer ».

« François a été le leader de l’opposition pendant six ans. Il a joué son rôle. Il était tout à fait normal qu’à ce titre, il endosse le rôle de rassembleur pour les élections de mars. » Muriel Volle sera bel et bien sur la liste de François Decoster, en mars. Finies donc les dissensions du passé. Rappelons qu’en 2008, Muriel Volle, bien qu’étant adjointe du maire de l’époque, Jean-Jacques Delvaux, s’était présentée contre lui, provoquant alors la scission de la droite.

« Ce passé ne nous intéresse plus », balaie François Decoster. Même tonalité chez Muriel Volle qui loue les qualités de son nouveau chef de file (qui s’était présenté avec Jean-Jacques Delvaux en 2008). « Il est jeune, disponible. Il a une expérience professionnelle importante. Il peut apporter beaucoup à la ville. »

Que deux membres de l’UDI (le nouveau parti de centre-droit de Jean-Louis Borloo, dont François Decoster est le délégué départemental et Muriel Volle membre) n’arrivent pas à s’entendre aurait été édifiant. « On mettra en avant cette bannière. On ne se cachera pas », annonce Decoster, ajoutant que l’UMP sera aussi bien représentée, à commencer par le chef de file de ce parti dans l’Audomarois, Frédéric Sablon. « C’est une liste ouverte, qui comprendra aussi des gens qu’on peut classer divers gauche. »

« On a commencé à échanger l’été dernier, raconte Muriel Volle. Cela s’est fait naturellement. On est d’accord sur beaucoup de points. » L’équipe Decoster veut mener campagne sur les thèmes de l’emploi, du logement et de la cohésion sociale. Son leader avance des chiffres qu’il juge très inquiétants : un taux de chômage de 27 % en nette augmentation avec 1900 demandeurs d’emploi à Saint-Omer ; 30 % des 8 000 logements avec seulement deux pièces, et 8 % sans douche ni baignoire. « On a favorisé la division des maisons de ville, ce qui pose beaucoup de problèmes. » Toutefois, les candidats disent vouloir bâtir leur programme en concertation avec les Audomarois. Une dizaine de rencontres sont déjà prévues. La première aura lieu jeudi à 18 h au café de l’abattoir.

MUNICIPALES 2014, avec François Decoster même combat.

24/12/2013

Rassemblement...

A la veille de ce Noel 2013, nous avons décidé d’allier nos forces à celles de François DECOSTER et de l’opposition municipale actuelle afin de mettre toutes les chances de notre côté pour battre le Maire Bruno Magnier aux prochaines élections municipales en mars 2014...


Ce rassemblement,  fondé sur le respect mutuel,  nous est apparu  incontournable pour changer la politique coûteuse et catastrophique menée depuis 6 ans par le Maire actuel.


Croyez bien que je suis déterminée, avec mes fidèles amis de la première heure,  à mener une campagne courageuse, ambitieuse et de vérité  pour faire gagner notre liste commune. 


A vous bloggers, lecteurs, je vous dis un grand Merci et j’ai hâte de vous retrouver le plus vite possible pour faire gagner nos idées et nos propositions pour notre ville  et ses habitants.


A tous, Joyeux Noel et excellente année 2014.

Bien à vous

Muriel VOLLE

09/11/2013

La Motte Castrale

Quand est-il exactement du projet communal de la Motte Castrale, très ancienne maison dont l'entrée est situé place Sithieu ?

Le maire, M.Magnier nous explique souvent qu'il a fait acheter cette demeure de 500 000€ , une bagatelle sur le budget de la commune, dit-il, pour en faire une résidence d'artistes.... Soit. Mais ce que le Maire ne dit pas c'est que ce chantier de réhabilitation, de rénovation, de démolition , qui doit s’achever en juin  2014 , coûtera au total 1,9 millions d’euros.  Et avec de très imprécises subventions de plus de 400 000 € de l’Europe, le soutien du Département et de la communauté d’agglomération de Saint-Omer. Mais il n'aura pas le soutien de la Région puisque son dossier a été retoqué dernièrement. Donc le coût total pour la commune, on en sait rien.

Tout en évitant que cette très ancienne demeure devienne une friche, cela va de soi, on aurait pu attendre beaucoup plus de précisions des financeurs avant de se lancer dans cette aventure.

Je crois que la drôlerie, si je puis dire, vient du coût de fonctionnement pour la ville  qui a été estimé à 11 700annuel !! Par qui cette étude a été faite ? Personne ne sait très bien, mais cette somme me parait complètement irréaliste. Elle sera plutôt multiplié par deux, trois ou quatre. On verra d'ici quelques années.....

Pour être clair  : Ce  projet financé pour le FUTUR, comme on dit, nous laisse  coi...Sachant que si rien n’est notifié plus clairement et par écrit par les différents financeurs, chacun  pourra revenir sur sa parole et les contribuables paieront la facture. J’ose espérer que NON.

Muriel Volle  

31/10/2013

VOIX DU NORD le 31 octobre 2013

Saint-Omer : Muriel Volle a des ambitions, mais n’est pas (encore) candidate aux municipales

Muriel Volle a travaillé pendant vingt ans au côté de Jean-Jacques Delvaux, ancien maire. En 2008, elle était entrée en dissidence et avait contribué à la défaite de la droite aux municipales. Aujourd’hui, elle appelle au rassemblement, quitte à se réconcilier avec ses anciens amis, à commencer par François Decoster, leader de l’opposition audomaroise, carté à l’UDI comme elle.

Vous avez surpris, la semaine dernière, en vous déclarant candidate pour créer une liste, mais pas candidate pour les municipales…

« Je me suis exprimée au nom de Saint-Omer ensemble, association opposante, mais pas élue, créée au lendemain des municipales. Nous avons tenu notre assemblée générale, puis notre réunion de bureau, et nous avons souhaité communiquer pour dire que, dans la perspective des municipales, la multiplicité des listes à droite n’était pas une solution, et le bureau m’a autorisée, en tant que présidente, à prospecter pour s’allier dans le cadre d’une union basée sur les compétences, le partage des responsabilités, le respect de la parité. »

Vous vous disiez plus déterminée que jamais…

« C’est un titre. Bien sûr, je le suis, mais ça ne laisse pas sous-entendre que je fais acte de candidature. »

Ça veut dire que vous ne souhaitez pas être candidate ?

« À l’instant T, je dis juste qu’il faut qu’on essaye, à droite, de partir unis, de creuser les fondations d’une belle équipe pour battre le maire. Je ne suis candidate à rien du tout, Saint-Omer ensemble m’a mandatée pour nous mettre d’accord. »

Avec François Decoster ?

« Avec toutes les bonnes volontés. Une liste pour les municipales, ce n’est pas une liste politique. Ça fait six ans qu’on est sur le terrain, qu’on établit des contacts avec les Audomarois. On a publié neuf bulletins, on a un blog, on veut faire table rase de ce qui s’est passé en 2008. »

Vous souhaitez donc conclure une alliance avec François Decoster ?

« On est en discussion. »

Ce communiqué, c’était un appel du pied ?

« Non, on est capable de se parler. »

Ça veut dire qu’officiellement vous allez constituer une liste avec François Decoster ?

« Nos contacts sont pour l’instant officieux, constituer une liste ce n’est pas du tout d’actualité. Mais on est très sollicité, par les Audomarois. On souhaitait leur apporter cette réponse, leur dire qu’on travaille pour que nos compétences soient reprises, dans une équité de responsabilités. On a fait 16,5 % des voix en 2008, on mérite un peu de reconnaissance. Et on est attaché à cette notion de parité, pas seulement au sein d’une liste mais dans la distribution des rôles. »

Quand sera-t-il le temps de vous déclarer ?

« Il n’y a pas d’urgence, on veut être prudent. On a un projet pour Saint-Omer, celui, surtout, de mettre fin à l’hémorragie commerciale, mais ce n’est pour l’instant pas d’actualité, c’est un peu tôt. »

Pourquoi ce timing alors, pour ce communiqué ?

« C’est la suite logique de nos bulletins, c’est le neuvième, on s’inscrit dans la continuité de la vie de l’association. On explique ce qu’on souhaite faire, pour ne pas être accusé de rester dans notre coin. On veut faire changer la majorité, on a une vision politique différente de celle que le maire applique depuis cinq ans et demi, on a envie de se recentrer sur une politique du quotidien, sur la qualité de vie des Audomarois, le développement économique, la parité. C’est notre priorité, c’est acquis au conseil municipal mais à la communauté d’agglomération de Saint-Omer (CASO), ça ne l’est pas. Après les élections, si on a la possibilité d’avoir deux vice-présidents, ce sera un homme et une femme. »

Vous ne souhaitez pas jouer un rôle de figuration…

« Je n’ai pas une tête à faire de la figuration. On n’est pas des figurants, on est acteur. »

Vous dites que vous êtes acteur, mais en 2008, vous avez souhaité ne pas vous maintenir au second tour des élections municipales…

« Pour rester libre. »

Parce que ce qu’on vous proposait ne vous convenait pas ?

« On n’a jamais été de gauche, il n’était pas question de rallier une liste de gauche. »

Mais vous auriez pu vous rapprocher de Jean-Jacques Delvaux – ancien maire, candidat sortant ?

« On ne nous l’a pas proposé. C’est pour ça qu’on dit qu’on veut faire table rase du passé, on est passé à autre chose. »

C’est difficile de jouer un rôle quand on n’est pas élu ?

« On est plus libre. Si on avait été élu, on aurait eu un, deux postes au conseil municipal, on aurait été dans l’opposition, on n’a pas hésité. S’il n’y avait eu que deux listes, peut-être que Jean-Jacques Delvaux aurait été élu au premier tour, mais ce n’est pas de notre fait. On a marqué notre territoire, les Audomarois se souviennent de ce qu’on a fait en 2008, de cette dynamique. »

Ce communiqué, c’est pour dire que vous êtes toujours là ?

« Ça n’a pas changé, mais parce qu’on n’est pas élu, on intéresse beaucoup moins. Mais on n’a rien changé à notre emploi du temps, on a juste l’ambition de prendre des responsabilités. »

Vous dites que vos échanges avec François Decoster sont informels, mais c’est un objectif de travailler avec lui…

 

« Ce serait l’idéal. Mais ce n’est en aucun cas le signe d’un démarrage de campagne électorale, c’est sérieux, il faut un mandataire financier, un directeur de campagne… Ce n’est pour l’instant pas notre état d’esprit. » 

 

VDN

23/10/2013

Communiqué de presse...

 

Bien cher BLOGUEUR,

 

Je vous invite à dialoguer, échanger sur le BLOG. Communique.pdf 

Quelles sont vos attentes pour notre ville ?

Quels changements espérez-vous dans votre quotidien ?

Comment voyez-vous évoluer SAINT-OMER dans les prochaines années ?


Ecrivez-nous et rejoignez nous, j'attends vos idées. saintomerensemble@orange.fr

 

Muriel Volle

 

 

16/10/2013

Petite analyse sur Les rythmes scolaires

Comme dans tout débat, il y a les « pour » et il y a les « contre ».

Les « pour » :

-éminents chrono biologistes qui s’accordent à dire et à constater que les rythmes scolaires en France ne respectent pas le rythme de l’enfant ;

 - les politiques qui s’engouffrent dans cette brèche tête baissée car, vous en conviendrez, entre  mai 2012 et novembre 2012, annonce de cette réforme avec une parution au Bulletin Officielle en janvier 2013, la réflexion parait courte et le débat avec les professionnels de l’éducation, inexistant ; comme d’habitude pourrait-on dire…

- et bien sûr les politiques, nos élus locaux,  qui suivent coûte que coûte,  leur Mentor…

Les « contre » :

-Maires, enseignants, parents, aides maternelles, syndicats, …. ne sont pas contre une réforme profonde et bien fondée des rythmes scolaires, ce qu’ils dénoncent, c’est la précipitation, l’empressement (6 mois pour ficeler une loi d’une telle importance pour nos enfants) et surtout  l’incohérence avec laquelle elle a été mise en place !

Comment a-t-on pu croire sérieusement que ça allait fonctionner ?

Problèmes de recrutement : nombre d’élus ont bien pensé, avec condescendance d’ailleurs, que leurs malheureux profs des écoles accepteraient de faire des heures supplémentaires pour jouer les Gentils Organisateurs de cette réforme. C’est  sous-estimer les compétences de ces professionnels de l’éducation. Alors, il a fallu embaucher d’urgence : c’est ainsi que de jeunes gens, titulaires du BAFA, se retrouvent à gérer sans expérience une douzaine d’enfants…

Des enfants fatigués : le rythme proposé est encore plus saccadé qu’auparavant : dans certaines écoles, les horaires changent quotidiennement.

Des enfants désorientés : les enfants n’ont plus leurs repères qu'ils soient temporels, humains (aux enseignants se succèdent les animateurs, les dames de cantine, les dames de service, … ) ou spatiaux (la classe est tour à tour un lieu d'apprentissage au code bien établi et un espace de jeu et de détente type centre de loisirs).

Des enseignants à bout, obligés de quitter leur classe, réquisitionnée pour les activités péri-éducatives et qui doivent gérer des listes interminables d’enfants qui restent ou ne restent pas aux activités proposées

Des activités tellement éloignées  de ce qui avait été évoqué : tricot, crochet, jeux de cartes, jeux de société…

Des parents désolés, spectateurs de ce gâchis…

Alors que le Ministère de l’Education Nationale  et Matignon ne peuvent rester sourds à ces mécontentements, à Saint-Omer, on continue de penser et de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

 

Muriel VOLLE

 

 


07/10/2013

Idée louable mais…

Ce samedi matin 4 octobre  une fois de plus la rue de Dunkerque était fermée à la circulation de  6 à 18 heures pour cause de TROC PLANTES ….Enfin je veux dire deux tonnelles au-dessus des plantes.

Résultat impossible d’entrer en  ville  et donc forte baisse de fréquentation au marché.....

La situation était  telle que la police municipale a pris l’initiative de rouvrir  le haut de la rue assez rapidement… c’est peu dire….

A l’occasion de la fête du légume Il aurait était plus judicieux d’installer le TROC PLANTES ouvert à tous les audomarois  sur le parking des campings cars entre la place de la Ghière et le centre ville,

Par ailleurs, chacun aurait ainsi pu se rendre compte de visu  de la folie dépensière du Maire avec ce parking à près de 500 000€ qui restera vide au moins tout l'hiver et plus....

Muriel VOLLE

 

 

Bulletin N°9

Je vous prie de trouver ci-contre le bulletin N°9 de notre association :'Saint Omer ensemble'.

Il fait le point sur le catalogue des promesses du Maire M.Magnier en 2008 et il y a un bon article sur la mégalomanie des maires de l'Audomarois qui n'hésitent toujours pas à dépenser des sommes folles alors que la grande majorité des citoyens ont du mal à joindre les deux bouts.

 

Muriel VOLLE

19/09/2013

Centre culturel et aquatique…….

Vous avez vu comme moi que le gigantesque chantier pour la construction du complexe culturel et aquatique s'érige petit à petit sur l'ancien site Auchan.

Maintenant tout le monde le dit et le répète, ce projet, voulu par les socialistes de la CASO, est une aberration financière que les contribuables de l'audomarois vont payer pendant des dizaines d'années à fonds perdu.

Le coût actuel de ce chantier, caché par les élus, est certainement autour de 50 millions d'euros, et je viens d'apprendre que le Président Duquenoy, et notre maire M.Magnier, viennent de donner leur accord sur une cloture de 1000 m de long pour un prix faramineux de 1,3 million d'euros. Faites le calcul ça fait 1300€ le mètre. Qui dit mieux ! Et il faudra compter en plus UN million d'euros par an pour le fonctionnement de ce complexe. Une folie par les temps qui courent.

J'attire votre attention pour ceux et celles qui iront demain dans ce centre ce sera la double peine pour leur porte-monnaie, si je puis dire. Il faudra payer des impots supplémentaires pour financer cette gabegie mais en plus il faudra payer votre billet d'entrée.

Je ne résiste pas à vous faire lire le petit mot qu'un lecteur du blog vient de m'écrire:

'j'ai découvert avec effarement le projet de centre culturel et aquatique. Je suis complètement scandalisé de voir ces dizaines de millions jetés par les fenêtres, alors que la région de Saint-Omer est, sur le plan économique, l'une des plus sinistrées du Nord-Pas de Calais.

'Comment une petite poignée d'élus peut-elle mépriser à ce point les difficultés de toute la population, en l'obligeant à financer, tôt ou tard, un projet aussi pharaonique ?'

'Le seul but de ce "projet culturel" est de satisfaire la mégalomanie de deux ou trois seigneurs locaux, qui, décidément, n'ont rien compris à l'économie, et croient assurer leur réelection en créant artificiellement, aux frais des contribuables qui n'en ont pas les moyens, de l'activité commerciale qui profitera à quelques dizaines de personnes'.

'Espérons que les habitants oseront, en Mars prochain, sanctionner ces abus de pouvoir en renvoyant dans leurs foyers ces élus qui dépensent l'argent public pour leur satisfaction personnelle'.

Pour vous, je le remercie de contribuer à nous éclairer sur ce genre d'affaire.

Muriel VOLLE

16/09/2013

INOUÏ: Comment M.Magnier voit 2020 ?

Faut dire qu'il n'a peur de rien notre Maire. Alors que la grande majorité des gens de St Omer ont du mal à boucler leur fin de mois, lui vient vous expliquer comment il va dépenser notre argent dans les années à venir.

Avec un fascicule et une campagne publicitaire, qui ont déjà couté 100 000€ aux contribuables de St Omer, M.Magnier espère une fois de plus leurrer les audomarois avec une campagne de PUB qui nous explique que bâtir des batiments à couts de dizaines de millions d'euros va améliorer le quotidien de ses concitoyens.

En fait, ce n'est qu'une façon de dire aux audomarois, votez pour moi aux élections municipales de 2014 et tout sera facile après que je vous aies ponctionné quelques milliers d'euros supplémentaires d'impot à chacun d'entre vous.

Voyons ce qu'il nous propose:

Pour le maire de St Omer , je cite: 'pour la première fois la mairie de St Omer et la CASO vont vraiment travailler ensemble pour l'avenir du territoire'. Si ça ce n'est pas un aveu de faiblesse je n'y comprends plus rien à la politique. On sait que les deux ne s'aiment pas, ils ne se voient jamais et à 6 mois des élections ils viennent dire à la population: voilà comment nous allons dépenser votre argent dans les années à venir. Ils se réveillent,…..On va s'y mettre….6 ans pour RIEN. C'est vraiment NOUS prendre pour des imbéciles….

Par ailleurs, toujours sur la même page, le président Duquesnoy dit fièrement:' il faut donc que les finances ne tarissent pas pour les années à venir'…Cela revient à avouer que nos impôts continueront d'augmenter….alors qu'il faut réduire les dépenses publiques, surtout des investissements de prestige qui ne rapportent rien à la population.

Page 3, Banque de France, pas de promoteur, en concertation avec personnes, 15 ou 20 millions d'euros sans financement du parking souterrain….Et surtout ils veulent un promoteur public, pour que les contribuables financent leurs centaines de milliers d'euros de dépense, alors qu'il faut d’abord tout faire pour trouver un promoteur PRIVE….La vocation des collectivités territoriales n’est pas la promotion immobilière.

Page 4, …Pour 2013, Place Foch, nouvel aménagement en concertation avec les commerçants et les riverains !! Lesquels , quand et comment, alors que pour l'instant rien n'est FAIT. Pas de projet, pas d'argent, pas de concertation : une preuve supplémentaire d'une faisabilité irréaliste.

Page 6, logement, tout était ficelé en 2008, parc Malixoff le long des voies ferrées, et Magnier n'a rien fait….il a à son oeuvre 70 logements sur 6 ans et il se plaint que la ville se vide !! Et il s'inquiète aujourd'hui du logement dans sa ville, alors qu'il n'a aussi rien fait contre les marchands de sommeil etc….Encore une preuve qu'il essaie de berner les gens pour être réélu en 2014. Il promet 700 logements alors qu'il n'a rien fait pendant 6 ans…..

Et vous remarquerez que le Maire M.Magnier n'a toujours rien à dire sur la préoccupation des gens de tous les jours ... Mesure qui ne couterait pas cher à mettre en oeuvre….. Je veux dire, comment améliorer le sort des personnes sans emploi, des personnes seules et agées,; comment organiser la défense des gens face à des soucis complexes; aider les jeunes en déshérence; animer la dynamique économique, y compris centre ville. Et RIEN sur le développement de l'écologie et le BIO; RIEN sur la création d'emplois, etc…. Rien sur des pistes cyclabes et rien sur les vélos de ville;….Les élus de la CASO préférent dépenser des millions d'euros avec des bus qui circulent vides…….

D'ailleurs, je me pose la question, cette agglo est peut être trop petite pour avoir un tel système de bus….à voir et revoir…..

Sur ce projet, les élus socialistes se mettent à penser à St Omer. Bizarre, alors que le patron de la CASO a tout misé sur les grandes surfaces du coté d'Arques ; En fait ils s'aperçoivent de leurs erreurs et ils veulent se rattraper en faisant du fourre-tout de propositions à la dernière minute…….2013 !! 2014 etc….pour dire ON VA FAIRE !!

Comme d'habitude à la veille des élections, par des campagnes politiques coûteuses, ils espèrent que les contribuables vont payer leur nouvelle élection à coups de centaines de milliers d'euros….C'est lamentable…….

Pour moi, ce n'est pas cette campagne de pub qui va changer quelque chose, il faut en priorité diminuer les dépenses publiques des communes et pas l'inverse….

Il y a encore beaucoup de chose à dire, j 'y travaille.

Muriel VOLLE

16/07/2013

CUMUL ET CUMULARDS...

 

Je me doutais bien que les élus socialistes n'allaient pas s'affranchir vraiment sur le cumul des mandats ainsi que sur la transparence de leur patrimoine acquis en cours de leurs mandatures.

- Tout d’abord, sur le vote de la loi sur la transparence de leur patrimoine...

Le résultat vient de tomber et malheureusement rien ne change,  le sénat a rejeté la publication du patrimoine des élus.

un point c'est tout !! Certains doivent souffler.

Je crois même que cette loi leurre un peu tout le monde puisque aujourd'hui, les élus peuvent s'enrichir avec l'argent des contribuables et personne ne peut le divulguer...Et surtout pas à la presse. Pour moi, cette loi nous prive d'une liberté fondamentale d'informer que certains élus peuvent s'enrichir avec l'argent des autres....Et cela montre que les élus socialistes de notre pays ont réussi leur coup pour continuer à cumuler des petites fortunes qui ne seront plus connues de personne.

Je vous l'écrivais il n'y a pas si longtemps, ces élus aiment bien mettre sur la place publique l'argent des autres du secteur privé, gagné à la sueur de leur front, mais surtout pas le leur d'argent qui vient de la poche des contribuables....

- Sur le cumul des mandats,  bien sûr, toujours pas de loi en vue, mais ce sera exactement la même chose. Les élus de la République ont sauvé leur tête, ça ne changera rien à la situation actuelle.

Je vous laisse méditer pendant les vacances sur la volonté des élus socialistes à changer quoique ce soit sur le cumul des mandats et fonctions et sur la transparence de leur salaire et leur patrimoine.

Muriel VOLLE

SAINT OMER 2020 !!

C’est en toute impunité que B.MAGNIER présente son programme électoral au frais des contribuables au travers du PROJET COMMUNAUTAIRE SAINT OMER 2020.

Un programme électoral à coups de centaines de milliers d'euros...Il veut bâtir et encore bâtir. Mais pour qui et pourquoi faire ? Moi je crois qu'il ne sait pas s'occuper des soucis quotidiens des audomarois alors il passe son temps à dépenser leur argent en espérant faire croire qu'il travaille pour eux et leur avenir...Je suis sûre que les habitants de St Omer ne sont plus dupes de sa stratégie. 

A-t-il oublié  que 12 mois avant le scrutin toute dépense à caractère électoraliste  peut être retenue  au bilan des frais de campagne ? Et a-t-il déjà oublié que les communes devaient dépenser moins et non encore plus.

Déjà 100 000 euros d’étude sans compter la publication du bulletin d’information etc...Toujours aussi riche avec l’argent des autres.

A noter que pour SAINT OMER 2020 le Maire ne dit pas un mot sur les coûts et ne fait état d’aucun chiffrage. Y compris que sur les projets 2013 il n'y a eu aucune concertation...

Je reviendrai point par point sur ce programme.

Muriel Volle

 

28/06/2013

St Omer info: SOLDES BIS

Les futurs créations d’emplois de l’extension de la zone commerciale des frais fonds à Arques ne doivent pas faire oublier aux élus qu’il faut également penser au maintien de nos emplois en centre ville de St Omer.

Le fait de confirmer l’organisation d’une manifestation sur la grand place le 1er jour des soldes (interdiction de stationner dès 6 heures du matin) est l’exemple même  de l’ignorance de nos élus en matière de développement économique...

Le semaine Nationale de la prévention routière (par ailleurs bien utile )  n’impose en rien l’obligation d’organiser cette manifestation en centre ville.

Le préjudice du manque à gagner pour les commerçants , en plus de la crise et de la météorologie maussade, est énorme.

L’image de marque de notre ville dont dépend son développement est bafouée par la politique de nos élus principalement issus de la Fonction publique et manifestement inconscients  de la création d'emplois ainsi que de la réalité quotidienne des commerçants et artisans.

Les employés  de nos commerces traditionnels ferment parfois leur boutique avec un chiffre d’affaire de 0 euro.   Ces derniers sont très inquiets pour leur avenir.

Reprenant les dires du Maire s’adressant à nos commerçants en disant je cite …..que de toutes les manières ils ne sont jamais contents et en plus ils ne votent pas à Saint-Omer. J’invite tous ceux et celles dont la vie et la carrière professionnelle dépend de notre commerce à s’inscrire sur les listes électorales de la ville afin de faire entendre leur voix aux élections municipales de MARS 2014

Muriel Volle

26/06/2013

1er JOUR DES SOLDES à SAINT OMER !!

 

Il faut être bien informé, mais rien n’arrête le Maire B.Magnier dans ses erreurs, y compris avec les parkings.

En effet, le stationnement place Foch, et péri métrique, est interdit depuis ce matin 6.00h pour l’organisation d’une manifestation SECURITE ROUTIERE...

Les commerçants crient au scandale. Ils peuvent... Quel mépris du commerce traditionnel et quelle ignorance des difficultés au quotidien que vivent nos commerçants.

Cette première journée de soldes réputée pour être génératrice de gros chiffres d’affaire et d’affluence sera tout simplement gâchée par la bêtise et le manque de bon sens de notre Maire qui une fois de plus n’en fait qu’à sa tète, sans concertation avec personne. Pas besoin, dit-il, il connait tout sur tout !!

Monsieur le MAIRE nous vous tenons pour responsable de la baisse de fréquentation endémique dans les commerces de notre ville.

Muriel VOlle.

13/06/2013

CASO: Encore l'argent des contribuables !!

Ce n'est pas coutume, mais je me permet de mettre ci-dessous une lettre que j'ai reçue de citoyens en colère et que tous les élus socialistes ont entre leurs mains.

Je sais ça ne leur fait ni froid ni chaud comme d'habitude. Mais une fois de plus c'est la valse des dizaines de milliers d'euros pour changer encore nos poubelles et que les contribuables de l'audomarois devront déboursés sans rien dire.

Et j'ose dire des milliers d'euros dilapidés par le présideent de la CASO J.Duquesnoy et l'ensemble de ses adjoints de la CASO avec le maire de St Omer M.Magnier.

Lettre ouverte à Mr le président de la CASO J.Duquenoy.pdf

 Muriel VOLLE

12/06/2013

Mon ami Francis Ducrot.

Ma première émission de radio avec Francis sur RLC s'appelait "VACANCES J'oublie TOUT".

Avec d'autres nous avons vécu cette époque formidable des années 80. Nous étions des gens sérieux qui ne se prenaient pas au sérieux.

Depuis ton retour à Saint Omer nous nous rencontrions très souvent et heureux de reparler de ce temps.

Le 30 mai dernier nous étions encore ensemble en direct sur BANQUISE FM. Un vrai bonheur de nous retrouver à l'antenne.

Dimanche, par une connerie de chute de vélo tu nous a quitté définitivement.

Francis, nous avions encore des projets professionnels en commun et de bons moments à passer ensemble. Tu nous laisses vivre maintenant avec ton souvenir et je pense qu'à l'avenir, bien souvent, tu seras encore parmi nous.

Toi, ton intelligence et ton énergie me manqueront.

A ton épouse, ta famille et tes enfants j'adresse mes sincères condoléances.

Muriel Volle.

 

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer |

06/06/2013

Info Radio Banquise le 30 mai, 101.7 en FM

A la demande de Francis Ducrot, animateur de radio banquise à St Omer, j'ai décidé de participer à son émission du jeudi 30 mai à 12h.


Cette interview a  été réalisée avec le concours de Philippe Garcia.



podcast

Radio banquise émet sur FM au 101.7

Muriel VOLLE

30/05/2013

Parking des camping-cars à St Omer

465 000 euros / 13 emplacements.

Le chantier du parking des camping-cars  a démarré  la semaine dernière au croisement de la rue de Belfort et de  la rue de la Gaieté, juste avant le passage à niveau pour aller dans l''Haut pont. Il devrait ouvrir le 7 juillet.

 

Plusieurs choses:

Pourquoi  à cette endroit,  alors qu'il vient de faire un immense parking  près de la gare, dans Lysel qui aurait très bien pu aussi servir, avec quelques aménagements, à mettre une vingtaine de touristes itinérants. Par ailleurs, ces gens, auraient été bien plus tranquilles à cet endroit que le long de la voie ferrée rue de Belfort.

 

B.Magnier, fait son parking sans avoir eu un sou de ses amis socialistes à la Région qui ont retoqué son dossier à l’unanimité! Lui qui nous explique à longueur de temps que les investissements ne coûtent pas chers parce qu'il a des subventions des autres collectivités. Eh bien dans cette affaire ce sont les audomarois qui paieront la totalité de la note pour une 'histoire' qui coûtera 465000 euros aux contribuables et qui ne rapportera rien à la ville.

 

Enfin c'est bien la preuve, une fois de plus, que le  Maire dépense sans compter et sans connaitre les difficultés actuelles des finances publiques.


Et même si cela fait 5 ans qu'il est à la Mairie et il n'a toujours pas appris, ou compris, ce que c'est un calcul économique qui pourrait rapporter à la ville et aux contribuables.

 

Muriel VOLLE

 

 

24/05/2013

Le Roi des maisons à St Omer continue, voici la maison du jeune réfugié...

Une fois n’est pas coutume, voici, en détail, par le journal local, le fonctionnement de la maison du jeune réfugié installée 8 rue des bleuets à St Omer.


Lors de l’inauguration de la maison du jeune réfugié, les remerciements de Dominique Dupilet, président du Département, à Bruno Magnier, maire de Saint-Omer lundi soir, étaient aussi lourds de reproche.


Pas des reproches adressés au premier magistrat de la ville qui accueille la structure, au contraire. « Au moment de remercier chaleureusement le maire de Saint-Omer d’avoir accepté d’accueillir la Maison du jeune réfugié, je n’oublie pas, a dit le président du conseil général,tous les maires qui l’ont refusé. Tous ces maires qui ont utilisé tous les arguments possibles et imaginables pour ne pas voir s’ouvrir cette maison sur leur territoire. Or, cette structure va apporter à Saint-Omer. Pour tous les mineurs isolés étrangers qui passeront dans cette maison, la France aura une image, ce sera celle de Saint-Omer. » !!


Que se passe-t-il donc dans cette maison qui a fait si peur aux élus ?

« Cette structure accueille trois dispositifs différents, a expliqué Jean-François Roger de l’association France Terre d’Asile, qui gère le lieu. 

  • Le premier est un dispositif de mise à l’abri des mineurs isolés étrangers. Depuis l’ouverture de la Maison, le 10 décembre dernier, nous avons accueilli 186 mineurs de vingt-cinq nationalités différentes, pour un total de 606 nuitées », a détaillé le directeur de la structure installée dans un ancien hôtel particulier du XIX e siècle qui a conservé quelques-unes des boiseries d’origine. « 98 % des mineurs accueillis sont des garçons qui viennent de pays en guerre : Afghanistan, Mali, Syrie, Darfour… »
  • Le deuxième dispositif hébergé dans cette maison concerne l’hébergement de stabilisation. Il a accueilli trente jeunes de onze nationalités différentes dans un appartement dédié depuis l’ouverture, le 20 septembre.
  • Enfin, le troisième volet de la maison c’est l’accueil de jour qui voit l’intervention de juristes spécialistes en droit de l’immigration et en droit des enfants ainsi que des professeurs de français langue étrangère. Le tout financé par le Département.

Et c’est là que le bât blesse, comme l’a rappelé Dominique Dupilet, président du conseil général : «Chaque année, le Département mobilise 1,7 million d’euros pour l’accueil des migrants, soit un point d’impôt. Or, aujourd’hui, seuls les contribuables du Pas-de-Calais contribuent à cet effort. C’est anormal. » Une situation qui devrait évoluer rapidement, « L’État ayant reconnu sa responsabilité, il devrait payer les cinq premiers jours d’hébergement. Après cinq jours, si le mineur veut rester sur le territoire, le conseil général financera », a indiqué son président.

Autre satisfaction relevée lundi soir, ce sont les seize mineurs qui sont passés par la structure et qui sont scolarisés, désormais, dans l’Éducation nationale. Autant de réussites personnelles qui justifient les efforts de tous loués lundi soir. Etc...etc...


Pour moi, c'est encore une Maison de plus sur le territoire de notre ville qu'il faudra gérer avec des coûts et des conséquences complétement non maitrisés et par laquelle le Maire c'est encore laissé influencer par son 'gourou', le Président Dupilet.

Muriel VOLLE

15/05/2013

Emmaüs: Mouiller sa chemise ...

Le député Lefait était outré de voir le redressement de l'URSSAF de 200 000€ à l'association Emmaüs du secteur…. Mais qu’a-t-il fait de concret pour règler la situation ?

On peut légitimement être affecté de la démarche de l'URSSAF face à une association qui s'occupe tous les jours  des sans-emplois, de l'action sociale et du logement, de l'économie solidaire etc….et qui crée en France plus de 15 000 emplois, quand même… Je crois que sur le site de St Omer c'est  un peu près 60 personnes qui seraient menacées de perdre leur emploi.

Ce que je reproche au Député Lefait c'est que non seulement tous ses amis ont tous les pouvoirs en France et il ne peut rien faire dit-il. Et il a beau jeu de se plaindre en permanence.

Outre de s'indigner, il pourrait, par exemple:

  • Défendre ce dossier efficacement auprès de ses amis les ministres et en particulier auprès de Marisol Touraine
  • Enfin, il pourrait être à la tête d'une collecte de fonds privés et publics pour une action humanitaire...

Je fais quelques propositions, il y en a d'autres…..

En clair, notre député devrait passer une bonne partie de son temps à cette affaire.

Muriel VOLLE